mercredi 16 juin 2021 / 06:15 (GMT -4)
Partager
  • Français
  • Deutsch

Votre guide de la Martinique

Cherchez, trouvez, découvrez...

×Cherchez par commune
Kontan wè zot, Bienvenue !
27ºC

8  km/h
83  %
5:34
6:33
29ºC
×

Anse Couleuvre


Une magnifique plage du bout du monde…

Au pied de la montagne Pelée, après l’Anse Céron, la route se fait piste, sinueuse, escarpée, et se termine au bout d’1,5 km en cul-de-sac sur un parking, au beau milieu de la jungle.

Ce lieu solitaire et encore sauvage, bordé de cocotiers et d’une nature exubérante, attire de nombreux surfeurs expérimentés car elle possède une très belle vague assez technique. Les fonds marins particulièrement riches, sont de toutes beautés. Idéal pour plonger avec masque et tuba, il faut toutefois être vigilant avec le courant.

L’Anse Couleuvre est le point de départ de la fabuleuse randonnée de 20 km (6 heures) qui mène à Grand’Rivière. Un chemin descend vers la mer à travers les vestiges de l’Habitation d’Anse Couleuvre ou à travers jungle en passant un petit gué et donne accès à une superbe plage de sable gris enchâssée dans les falaises et coupée en deux pas un ruisseau. N’oubliez pas votre masque et tuba : les fonds marins sont de toute beauté (au nord de la plage).
S’il y a encore trop de monde à votre goût, vous pouvez rejoindre par le chemin de randonnée l’Anse Lévrier et l’Anse à Voile (à environ 1km au nord). Ces plages de bout du monde sont encore plus belles peut-être (plus dangereuses aussi), et se parent du sable le plus noir de la Martinique. Les criques suivantes ne sont accessibles que par bateau.
A défaut de faire la randonnée, vous pouvez aussi marcher jusqu’à la Cascade Couleuvre, qui tombe d’une vingtaine de mètres, en remontant la rivière du même nom (1 heure 15 – 1,6 km par un sentier balisé).

L’Habitation Anse Couleuvre, située à l’orée de la jungle et dont le grand jardin s’étend en pente douce jusqu’à la plage de sable noir, est sans doute l’une des plus anciennes habitations de l’île.
Datant du 17e siècle, elle fut d’abord une exploitation cacaoyère (cacao plusieurs fois primé), puis caféière et vivrière. Elle se tourne après 1902 vers la culture de la canne. Deux distilleries voient le jour, l’une pour le rhum, l’autre pour les huiles essentielles et le jus concentré de citron, exportés vers les Etats-Unis à des fins cosmétiques. De nombreuses personnes y habitaient et surtout y travaillaient. Les nombreuses constructions, ont été réhabilitées pour la plupart en respectant les principes de constructions de l’époque.
Dans ce bout de l’île, situé à quelques kilomètres du Prêcheur, évoluait un univers industriel, ponctué de veillées, contes et chants, jours de fêtes qui rythmaient la vie. Dans ce centre d’une fertilité sans égale poussait 40 000 cacaoyers, 4000 cocotiers, 6000 bananiers 20 000 arbres à pains, 1500 avocatiers, 25 000 citronniers. La végétation y est luxuriante. Monde figé dans son cadre paisible et enchanteur, bordé d’une plage de sable noir, le temps semble s’y être arrêté.
Manon Tardon, l’une des figures de proue de la Martinique, y a vécu depuis son plus jeune âge.”*

Dans le vaste jardin qui descend jusqu’à la plage, la grande bâtisse coloniale abrite des chambres à mobilier créole (lit à colonnes en mahogany) donnant sur une galerie.
Elle fut une maison d’hôtes où se ressourcer (très) loin de l’agitation pendant un bon moment mais, d’après nos dernières informations, il n’est plus possible d’y loger pour l’instant.

En savoir plus sur l’Habitation Anse Couleuvre à l’époque coloniale :

www.tardon.fr
http://fr.wikipedia.org/wiki/Manon_Tardon

 Sources : Lonely Planet ; Wikipedia ; www.anse-couleuvre.com

Galerie photos

Vous voulez nous rejoindre ?

Contactez-nous

Inspirations...

Habitant de Martinique ou de passage,
vous cherchez l'inspiration ?